Boris Sentenac

Les couleurs des amours s’envolent
Recouvrant le jardin
D’un souvenir en devenir.

Le jus sucré renfermant l’avenir
Va nourrir le jardin
D’une saison en souvenir

Aujourd’hui, en dernier élan
Saluant l’inexistant
Le livre du printemps perd ses mots.

View original post