Morceaux de pensées #17

IVANITCH

                        Dyspepsie du je.

   J’ai l’hypothèse d’un dieu : je sais sa puissance ; — rien d’autre. Mais, je trouve toujours ridicule qu’il ne puisse y en avoir qu’un seul. La tendance à l’unicité est pareille à la croyance en la vérité : deux belles chimères simplificatrices.

   J’aimerais avoir un éléphant, mais la politique m’interdit cette amitié. Comment pourrais-je avoir une quelconque complaisance pour ce cancer de l’humanité ?

   J’écris parce que l’absurde révolte.

   Ose !, l’univers unique te recompose,
      Allons sur la prose pétrir l’oraison rose

   Déterminer qui sera heureux de qui ne le sera pas, demandez à qui peut le savoir : si vous pleuriez ou souriez à votre premier instant en ce monde. Il arrive que la cause première ait du sens. — Pour les âmes les plus nobles, ils pourront toujours se rattraper sur le premier instant de conscience, et pour ceux qui n’héritent d’aucun type d’âme…

View original post 112 altre parole

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...