Bouquets d’âmes et de noces

BARBARASOLEIL

Vallée des fleurs / Bhyrundar / Inde

semeuses de libellules encore

qui sait dans combien de pages

dans combien de fleurs nous entrerons

par la pente érodée du sauvage

jusqu’à la porte d’entrée du coeur

il nous faut réapprendre le geste tremblant

de cueillir dans l’or des crépuscules

le bleu pavot qui hausse son sac 

jusqu’à l’éternel

je serai cet ombellifère abandonné

en plein ciel

comme autant d’effilures et de présence

effective 

le torrent qui éclabousse notre sentier

de son eau vive

et je serai cette fleur montée en graines

joyeuse d’être fragile

lys de cobra dans les bras de l’Himalaya

qui s’arc boute au-dessus des grands talus

d’herbes

encore épargnés par l’inconstance des rêves

la vie est brève 

tu es ma plus douce issue ma noire étamine

viens nous avons le devoir de monter plus haut

dans l’aérienne inconvenance du coquelicot

Barbara Auzou.